logo2

Introduction

 

Cet arbre généalogique a été réalisé avec une méthodologie bien définie par SituGen, vous donnant ainsi matière à apprécier la fiabilité des données qui y sont présentées.
L'arbre retrace une ascendance sur 7 générations depuis un individu de base, appelé "souche" de l'arbre. Cela représente donc un individu souche, et 128 ascendants théoriques.

Le travail de SituGen repose sur une analyse systématique des sources.

Pour chacun de ces individus, nous avons analysé les sources primaires, c'est-à-dire les actes d'état civil (naissance, mariage, décès) ou paroissiaux (baptême, mariage, sépulture). Toutes les informations contenus dans ces actes ont été retranscrites dans la base de données. Cela signifie que, par exemple, chaque profession est datée en référence à l'acte dans lequel elle est mentionnée. De même, les adresses et lieux de résidence mentionnés dans ces sources sont également datés avec précision. Il en est ainsi de toute autre information rencontrée lors de nos recherches.
Certaines informations, comme les lieux de résidence, peuvent être attribués par déduction, lorsqu'il est sous-entendu que l'individu habite là à tel moment.
Ajoutons à cela les sources annexes (situationnelles selon nos termes) qui nous permettent de donner corps à la vie passé de l'individu : sources militaires, judiciaires, et autres. Selon les modalités définies par le contrat initial, les informations contenues dans ces sources ont également été incluses, à l'instar des informations contenus dans les sources primaires.

Cette base contient tout, mais présenté de manière particulière.

Toutes les informations concernant un individu sont séparées selon les périodes de sa vie : certaines informations sont attribuées tantôt à une personne, tantôt à une "famille" (c'est-à-dire un couple, un foyer). Elles sont systématiquement réparties ainsi :
- Les évènements traitant directement à la vie individuelle (naissance, mort, profession, information médicale, décoration...) sont attribués à l'individu. Ses lieux de résidence après majorité et avant mariage (sauf dans le cas où une résidence est explicitement séparée pour l'individu) lui sont également attribués dans son tableau individuel.
- Les évènements traitant à la vie du couple, c'est à dire presque exclusivement le mariage et les lieux de résidence successifs du foyer, ainsi que la naissance des enfants, sont affectés au tableau "famille". Le lieu de résidence des enfants avant leur majorité est considéré comme étant celui du foyer, sauf cas explicitement contraire.

Il n'y a pas d'ambiguité... ou presque.

Cet arbre est distribué dans une version simplifiée : c'est une question de confort de lecture. Ainsi, les occurences successives d'une même profession (par exemple : "ouvrier mineur" le 4-5-1921, le 5-7-1923, le 10-12-1927, le 15-01-1931) sont remplacées par une seule occurence pour cette profession sur une période continue ("ouvrier mineur" du 4-5-1921 au 15-01-1931). On voit ainsi des périodes professionnelles claires, plutôt qu'une liste éparpillée de dates. Il arrive également qu'une même profession soit désignée sous différents noms ("houilleur" équivaut à "ouvrier mineur"), ou que l'appellation utilisée ne rende pas compte de précisions offertes par d'autres sources (un "journalier" peut travailler aux mines ou aux champs : des sources annexes peuvent nous apporter la précision de l'un ou l'autre). En somme, les noms des professions sont "normalisés", mais avec attention.
Les orthographes des noms de lieux ont été corrigés, mais les noms historiques sont toujours conservés. On se reportera à notre page d'équivalencse historiques des noms de lieux afin de mieux situer une rue du passé aujourd'hui.
Cette base de donnée contient "tout", ou presque. Ce tout est celui qui nous est fourni par les sources exploitées. Elles ne nous disent jamais toute la vérité : même un registre d'état civil demande à être interprété, de la même manière qu'une livre, ou qu'un document ancien. Il y a toujours la possibilité que des choses nous échappent, ou plutôt, qu'elles ont échappé à nos sources courantes. C'est là tout le but de la généalogie situationnelle, et la question qu'elle pose : de ce qui a été oublié, que peut-on retrouver ?

Revenir à SituGen